Banniere

Louis XVIII

JPEG - 11.6 ko
Louis XVIII

Né à Versailles en 1755, mort à Paris le 16 septembre 1824, Louis Stanislas Xavier de France, comte de Provence, est le petit-fils de Louis XV, fils du dauphin Louis et de Marie-Josèphe de Saxe, et frère de Louis XVI et du comte d’Artois, futur Charles X.

Vaincu par sa gourmandise, il va devenir très vite obèse. En 1771 il épouse Marie-Joséphine de Savoie, leur union ne donnera aucun enfant.

Louis XVIII est un homme intelligent, subtil et intriguant. Il ne va pas cesser de s’opposer à son frère Louis XVI en espérant jouer un rôle politique.

Pendant l’assemblée des notables de 1787, il prend le parti de Loménie de Brienne contre Calonne, dont les projets de réforme fiscale inquiètent le peuple et suscitent une vive opposition de la part de l’aristocratie.

Il va aller beaucoup plus loin en se pronnonçant pour le doublement de la représentation du tiers aux Etats Généraux au début de la Révolution.

Lors de la fuite du roi à Varennes (21 juin 1791), le comte de Provence (futur Louis XVIII) doit quitter la France. Il semblerait qu’il soit compromis avec le marquis de Favras dans un complot ayant pour but la discréditation de son frère Louis XVI. Condamné à mort par le Parlement, Favras sera pendu avant d’avoir pu parler.

Il va donc gagner Bruxelles puis Coblence. Il se proclame Lieutenant général du royaume, puis, après l’exécution de Louis XVI (21 janvier 1793), prend le titre de régent. Opposé à la Révolution, il exhorte son frère Charles X à la résistance et proclame son neveu Louis XVII roi de France. A la mort de ce dernier, le comte de Provence devient, aux yeux des royalistes, le nouveau roi de France, sous le nom de Louis XVIII.

Résidant alors à Vérone, l’irruption des Français en Italie l’oblige à se réfugier en Allemagne puis dans les États du tsar, à Varsovie et à Mittau (Courlande), enfin, en Angleterre, au château de Hartwell (1807). Il se fait appeler alors le comte de Lille. Après le 18-Brumaire, il écrit à Bonaparte pour lui demander de restaurer tout bonnement la monarchie légitime. Bonaparte ne lui répondra que le 7 septembre : « Vous ne devez pas souhaiter votre retour en France ; il vous faudrait marcher sur 100 000 cadavres. »

Seule la chute de Napoléon permet la restauration de la monarchie bourbonienne. Soutenu par la Grande-Bretagne et agréé par le gouvernement provisoire présidé par Talleyrand, Louis XVIII entre dans Paris le 3 mai 1814, accueilli avec soulagement par une grande part de la nation comme garant d’un retour à la paix avec l’Europe et de la fin de la dictature militaire.

Louis XVIII fait promulguer la Charte (4 juin) qui définit un régime de monarchie censitaire. Composée de 79 articles, cinq grands principes sont définis :

Sous couvert de régime constitutionnel et démocratique, Louis XVIII va appuyer son pouvoir sur les royalistes et la bourgeoisie. Mais très vite la Chartre ne lui convient plus, le drapeau tricolore est abandonné au profit du drapeau blanc : c’est le retour à l’Ancien Régime. Sa politique est un échec complet. C’est cet échec qui permet à Napoléon de reprendre la France en vingt jours sans tirer un coup de feu !

Le 20 mars 1815, Napoléon entre dans Paris par la barrière d’Italie pendant que Louis XVIII s’enfuit par la barrière de Clichy. Ce dernier va s’exiler à Gand pendant la période que l’histoire appelera les Cents-Jours. Le 18 juin 1815, les rêves de Napoléon s’effondrent : c’est la défaite de Waterloo. Le 22 juin il est contraint d’abdiquer et est exilé à Saint Hélène.

Le 8 juillet 1815, Louis XVIII est de nouveau à Paris. Tirant des conclusions de ses échecs précédents il va essayer de mener un politique modérée. Il empêche les royalistes menés par son frère le comte d’Artois de pratiquer des représailles contre les Bonapartistes. Il tente de jouer la réconciliation nationale en nommant des ministres modérés. Maleureusement, l’assassinat de son neveu le duc de Berry le 13 février 1820 remet tout en question.

C’est la chute de son favori le ministre Decazes. Devenu infirme, mené adroitement par sa favorite Mme de Cayla, Louis XVIII va laisser peu à peu son frère et futur roi Charles X prendre le pouvoir. Le nouveau ministère composé d’ultra-royalistes menés par le comte de Villèle gardera le pouvoir jusqu’en 1827. Le libéralisme est terminé, la France interviendra même en Espagne pour y écraser le régime libéral.

par Webmaster


[1] Vient de cens qui était un impôt électoral que payait une personne pour être électeur ou elligible. De ce fait seuls les plus riches pouvaient voter. Cet impôt a été abandonné vers 1848.


Publié le 30 octobre 2002 - Modifié le 17 septembre 2006
 
Site réalisé avec Spip 1.9.2c [10268] - Espace Privé
Hit-Parade
Nous avons fait l'objet d'une déclaration à la CNIL, récépissé de déclaration N°732213