Banniere

Jeanne d’Albret

JPEG - 10.2 ko
Jeanne d’Albret
par Clouet

Née à Saint Germain en Laye le 7 janvier 1528, morte à Paris le 9 juin 1572, Jeanne d’Albret est la fille de Henri II d’Albret et de la soeur de François 1er, Marguerite d’Angoulême.

En 1541 elle est contrainte par François 1er de prendre pour époux Guillaume de La Marck, duc de Clèves. Le roi veut ainsi préserver ses intérêts sur le Rhin, mais surtout il veut empêcher les parents de Jeanne d’Albret d’unir cette dernière avec le fils de Charles Quint, l’infant d’Espagne, futur Philippe II.

Après quatre ans de mariage, les parents de Jeanne d’Albret font annuler par le pape Paul III le mariage de leur fille Jeanne avec le duc de Clèves. La raison en est très simple : le mariage n’a pas été consommé.

Cette initiative ne gène guère François 1er car entre-temps ses intérêts avaient changé. Néanmoins, jusqu’à sa mort en 1547, le roi ne laissera pas les parents de Jeanne d’Albret organiser un autre mariage pouvant servir leurs propres intérêts.

C’est le fils de François 1er, Henri II qui à son tour va imposer un époux à Jeanne contre la volonté de ses parents. Tout comme son père, le roi veut s’assurer que le petit royaume des Pyrénées ne tombe pas un jour dans le camp espagnol. Il faut savoir que les Albret, outre la Navarre et le Béarn possèdent également le comté de Foix et un vaste territoire s’étendant des Landes à l’Agenais, du Périgord à la vicomté de Limoges.

Le roi a le choix entre deux prétendants : François d’Aumale et Antoine duc de Vendôme, chef de la Maison de Bourbon. Mais les parents de Jeanne ne veulent pas en entendre parler. Qu’à cela ne tienne, Henri II va demander à Jeanne d’Albret de choisir. Pour elle ce n’est pas difficile car elle est amoureuse d’Antoine de Bourbon. De plus cette alliance lui permet de rester à la Cour des Valois qui est fort plaisante. Malgré les tentatives désespérées des parents de Jeanne pour empêcher ce mariage, elle épouse Antoine de Bourbon le 20 octobre 1548 à Moulins.

Le 14 décembre 1553 Jeanne d’Albret met au monde celui qui sera le futur Henri IV. Elle devient reine de Navarre à la mort de son père, sous le nom de Jeanne III d’Albret en 1555 et parvient à garantir l’indépendance de son royaume. C’est en 1560 qu’elle se convertit au protestantisme. Par l’ordonnance du 19 juillet 1561, elle impose le calvinisme sur son royaume. En 1568, elle emmène son fils âgé de quinze ans participer au siège de La Rochelle, puis, en 1570, à la défense de la Navarre. C’est en 1570, par l’ordonnance de janvier que les catholiques n’ont plus aucun droit : culte interdit et clergé expulsé.

Jeanne d’Albret va ensuite entreprendre de longues négociations à Paris, pour unir son fils, le futur Henri IV à Marguerite de Valois, la troisième fille de Catherine de Médicis. Elle doit cependant accepter une condition : Marguerite de Valois ne se convertira pas à la religion protestante. Le mariage doit avoir lieu le 18 août 1572, mais, Jeanne III d’Albret ne pourra pas y participer car elle meurt brutalement le 9 juin 1572.

par Webmaster
Publié le 26 septembre 2004 - Modifié le 3 juin 2008
 
Site réalisé avec Spip 1.9.2c [10268] - Espace Privé
Hit-Parade
Nous avons fait l'objet d'une déclaration à la CNIL, récépissé de déclaration N°732213