Banniere

Jules César (Caius Julius Caesar)

JPEG - 9.7 ko
Jules César

Caius Julius Caesar naît à Rome en 100 avant JC, le 13 du mois Quinctilis, appelé plus tard Julius ( d’où le mois de juillet ) en son honneur. Il mourra assassiné le 14 mars 44 en pleine réunion du sénat par Brutus.

Brillant élève, très sportif, il est issu d’une famille patricienne, et appartient à la jeunesse dorée de Rome. Il fait ses premières armes en Asie, et est décoré pour sa bravoure lors de la prise de Mycènes.

Sa carrière politique se déroule normalement jusqu’ en 63 av. JC. Il est élu successivement tribun militaire [1], questeur [2], édile [3] et préteur [4].

Il se fait aimer du peuple ( la plèbe ) en donnant des jeux d’une somptuosité incroyable et en faisant voter une loi agraire accordant des terres aux vétérans. Pratiquement ruiné, il devient gouverneur de la Gaule cisalpine et transalpine ( actuellement l’Italie du nord, la Provence et le Narbonnais ) puis propréteur [5] en Espagne. Là, il fit une campagne brillante et rétablit sa fortune.

Malgré l’éloignement, il suivait attentivement les événements de politique intérieure de Rome et soutenait le parti populaire contre le parti du Sénat. En 60, de retour à Rome, il réalise une alliance avec Pompée et Crassus et forme avec eux le premier triumvirat [6]. Il est consul en 59.

De 58 à 52 César entreprend la conquête de la Gaule, c’est "« la guerre des Gaules ». Il s’agit là d’une longue suite de victoires retentissantes sur les peuples du Nord :

Sa célébrité dans Rome est immense, ses concitoyens sont admiratifs face à de telles victoires. Cependant, la résistance s’organise et les révoltes sont nombreuses en Gaule. Vercingétorix, un chef arverne ( d’Auvergne ) unifie la résistance nationale. En 52, César s’empare d’Avaricum ( Bourges ) mais subit un échec à Gergovie ( près de Clermont- Ferrand ).

JPEG - 11 ko

Maquette représentant les travaux effectués par César lors du siège d’Avaricum (Bourges)

En 51 une lutte décisive se livre autour d’Alésia en Bourgogne. Après un long et terrible siège, Vercingétorix est contraint de se soumettre et de se livrer à César. Les dernières résistances sont brisées à Uxellodunum ( Luzech dans le Lot ). La Gaule perdait un million d’hommes, la pacification de la Gaule était achevée.

La guerre civile à Rome ( 50 - 48 )

Les difficultés rencontrées en Gaule et son absence prolongée, ternirent quelque peu l’image de César.

Crassus meurt dans une expédition contre les Parthes, et Pompée devient l’homme fort de Rome. L’ambition de César ne pouvait accepter cela, aussi il veut se présenter aux élections consulaires tout en restant dans sa province avec son armée. Or la loi exigeait une représentation personnelle des candidats. Il lui fut demandé de licencier son armée et de rentrer seul à Rome.

Il refuse d’obéir et le 10 janvier 49, à la tête de son armée il franchit le Rubicon en s’écriant : « alea jacta est - le sort en est jeté ! » Avec rapidité et mobilité il marche sur Rome. Pompée bat en retraite et s’enfuit en Grèce.

En deux mois, César est maître de toute l’Italie. Il décide de détruire toutes les armées pompéiennes installées en Gaule et en Espagne. Après un long siège, il s’empare de Marseille et de la péninsule ibérique.

JPEG - 15.3 ko
Pompée

En 48, il est nommé Consul, et il poursuit Pompée en Grèce, c’est la bataille de Pharsale, en Thessalie. La victoire de César est totale, Pompée s’enfuit en Egypte où il est assassiné devant Alexandrie.

De la victoire à la mort ( 48 - 44 )

En 47 , César réside en Egypte, il triomphe d’une rébellion à Alexandrie, il soumet l’Egypte et règle un différent entre Cléopâtre et son frère Ptolémée. Il donne alors le trône à Cléopâtre. Lors d’un voyage sur le Nil, il goûte quelques mois de repos auprès d’elle, mais doit rapidement repartir en guerre contre le fils de Mithridate nommé Pharnace . La victoire est rapide : « veni,vidi,vici - je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu ! »

En 46, un nouveau front en Afrique l’oblige à repartir en campagne, c’est la victoire de Thapsus.

A Rome, il alterne consulats et dictatures avant d’obtenir la dictature à vie. Il doit alors repartir pour l’Espagne où les fils de Pompée ont levé une armée. César triomphe le 15 mars 45 à Munda près de Cordoue.

César se retrouve véritablement maître du monde connu alors, il fait l’objet d’un véritable culte, lors de la réforme du calendrier, le mois de sa naissance sera nommé « julius » ( juillet ), il marque la monnaie de son effigie, sa statue est portée avec celle de la Victoire et il reçoit le titre de « divus » (divin ).

En possession du pouvoir absolu, César règne dans l’intérêt général : il amnistie ses anciens adversaires, il entreprend une série de réformes, comme l’introduction de Gaulois ou d’Espagnols au Sénat, il donne des terres aux vétérans, réforme les impôts, contrôle sévèrement les gouverneurs et magistrats des provinces, procure du travail aux pauvres....

Cependant ses ennemis ne désarment pas, un complot dans lequel participent des sénateurs comme Cassius et Brutus est tramé contre lui. César est assassiné en pleine séance du Sénat par Brutus son protégé, le 15 mars 44. Il s’écria alors : « tu quoque, fili - toi aussi, mon fils ! »

Auguste ( appelé aussi Octave) son fils adoptif, lui succédera, conservera le nom de « César » comme synonyme d’empereur romain héritier du trône, et le transmettra à ses successeurs. Ce nom a donné « kaiser » et « tsar ».

L’œuvre administrative et politique de Caius Julius Caesar sera poursuivie durant une trentaine d’années.

Jules César est sans doute un des génies les plus extraordinaires qui ait existé, tant par la diversité de ses dons que par les aspects de son caractère. Une partie de ses oeuvres littéraires ont été perdues, mais il reste l’œuvre intégrale des « Commentaires » formé de deux parties : « Sur la guerre des Gaules » ( De Bello Gallico ) et « Sur la guerre Civile » ( De Bello Civili ), écrite dans une langue d’une remarquable pureté.

Ambitieux, excellent orateur, capitaine de génie, il est l’archétype du conquérant, du dictateur.

par Webmaster


[1] Magistrat romain jouissant pendant quelque temps de l’autorité des consuls.

[2] Magistrat romain chargé des fonctions financières

[3] Magistrat romain chargé de l’inspection des édifices publics, des approvisionnements et de la police.

[4] Magistrat romain qui rendait la justice

[5] magistrat romain, ancien préteur délégué au gouvernement d’une province.

[6] Gouvernement composé de trois magistrats chargés conjointement de l’administration de l’Etat. Après celui de César, Crassus et Pompée ce fut le triumvirat d’ Antoine, Octave et Lépide. En France, en 1770 sous Louis XV, fut formé le triumvirat de Maupeou, Terray et d’Aiguillon.


Publié le 27 octobre 2002 - Modifié le 16 septembre 2006
 
Site réalisé avec Spip 1.9.2c [10268] - Espace Privé
Hit-Parade
Nous avons fait l'objet d'une déclaration à la CNIL, récépissé de déclaration N°732213