Banniere

Jacques Coeur

GIF - 10.8 ko
Jacques Coeur

Né à Bourges en 1395, mort (peut-être à Chio) en 1456, Jacques Coeur est le fils d’un pelletier de la ville.

En 1418 l’établissement de la Cour du futur Charles VII à Bourges va lui offrir une ascension remarquable. En 1420 il épouse Marcée de Léodepart petite fille du maître des monnaies de la ville. Il est ainsi introduit dans le milieu financier.

En 1429, nommé fermier des monnaies, il profite de son titre pour émettre 300 marcs d’argent au-dessous du titre et garder la différence pour lui. Condamné, le roi qui voit en lui quelqu’un d’exceptionnel le gracie et lui offre sa confiance.

En 1433 il est nommé maître de la Monnaie à Bourges, puis en 1435 grand argentier du roi. C’est lui qui fournira tous les fonds nécessaires au roi pour mener à bien ses guerres.

Anobli en 1441, nommé commissaire royal, il est chargé par le roi de collecter les gabelles dans le Languedoc et de mettre en place le parlement de Toulouse. Remarquablement intelligent, il se lance dans des entreprises industrielles et commerciales. Il donne aussi une vive impulsion à l’exploitation des mines du Beaujolais et du Lyonnais. Toutes ces entreprises lui apportent une fortune colossale, qui lui permet de se faire construire des maisons dans presque toutes les grandes villes du royaume. Les fêtes qu’il offre sont somptueuses, royales...

Le roi ferme les yeux sur tous les trafics de Jacques Coeur pour la bonne et unique raison que ce dernier à mis à sa disposition sa fortune pour hâter la conquête de la Normandie sur les Anglais.

Les Grands du royaume ainsi que le roi doivent à Jacques Coeur des sommes astronomiques. Ce dernier prend bien soin de tout noter sur ses registres. La noblesse endettée cherche donc à le perdre en l’accusant de racheter pour rien des terres à ceux que la guerre a ruinés. Les moines pensent qu’il vend des armes à l’Egypte et les bourgeois affirment qu’il a fait main basse sur toutes les marchandises. Pour couronner le tout, il est accusé d’être l’amant d’Agnès Sorel la favorite du roi.

JPEG - 7.4 ko
Maison de Jacques Coeur
Gravure de Chanoin (XIXè)

Charles VII qui ne l’oublions pas s’est montré particulièrement ingrat avec Jeanne d’Arc, va en faire autant avec Jacques Coeur en le faisant arrêter en juillet 1451. Agnès Sorel étant morte l’année précédente, Jacques Coeur est accusé de l’avoir empoisonné. Ce dernier va vite prouver qu’il n’y est pour rien. Qu’à cela ne tienne, on va le poursuivre pour détournement de fonds. Malgré la torture, il n’avouera rien ! Enfermé au château de Poitiers, il est condamné à verser la somme astronomique de 400 000 écus. Le roi en profite pour lui confisquer tous ses biens. En 1454, Jacques Coeur s’évade et trouve refuge auprès du pape Nicolas V.

A la tête d’une flotte qui lui est confiée par Calixte III successeur de Nicolas V, Jacques Coeur part combattre les turcs. Il trouve la mort au cours de cette expédition en 1456, vraisemblablement dans l’île de Chio.

par Webmaster
Publié le 28 octobre 2002 - Modifié le 16 septembre 2006
 
Site réalisé avec Spip 1.9.2c [10268] - Espace Privé
Hit-Parade
Nous avons fait l'objet d'une déclaration à la CNIL, récépissé de déclaration N°732213