Banniere

Hugues 1er Capet

JPEG - 8 ko
Hugues 1er Capet

Né vers 941, mort le 22 octobre 996, Hugues Capet est le fils aîné d’Hugues le Grand. Il est surnommé Capet parce que, comme ses ancêtres, il est abbé laïc de Tours, où est conservée la relique du manteau de saint Martin, la capa.

Hugues Capet est issu d’une famille de la haute aristocratie carolingienne, de titulaires de charges comtales. Son arrière-grand-père, Robert le Fort, avait été doté par Charles le Chauve d’un commandement qui avait assis sa puissance entre la Loire et la Seine.

A la mort de son père en 956, il est placé sous la tutelle de son oncle, l’archevêque de Cologne. En 960, il reçoit le titre de duc de France en contrepartie de son serment de fidélité au roi carolingien Lothaire. Par héritage paternel, il prend possession des comtés de Paris, d’Orléans, de Dreux et de Senlis.

Hugues Capet épouse une Carolingienne, Adélaïde de Poitou, femme intelligente et diplomate, qui est de bons conseils pour son époux, lui-même doté d’un esprit vif et rusé, selon le témoignage de ses contemporains.

En 986, Louis V, fils de Lothaire, meurt à la suite d’un accident de chasse, sans laisser d’héritier. Évinçant Charles de Lorraine, prétendant carolingien, l’assemblée des grands du royaume réunie à Senlis, choisit Hugues Capet pour souverain, le 1er juin 987. Un mois plus tard, il est sacré roi à Noyon le 3 juillet suivant par l’archevêque de Reims, Adalbéron, qui a eu un rôle décisif dans ce choix.

Suivant l’exemple de Lothaire, Hugues Capet fait élire et sacrer son fils aîné Robert le 25 décembre 987. Tous ses successeurs, jusqu’à Philippe II Auguste, l’imiteront, établissant ainsi la coutume que la couronne de France se transmette héréditairement selon la règle de primogéniture [1] dans la famille capétienne.

Autrefois riche et puissant duc de France, Hugues Capet est devient un roi relativement pauvre. Le domaine royal correspond environ à deux de nos départements, mais il est au centre de la France, dans une région de grand essor économique. Le roi, doit guerroyer sur son propre territoire pour imposer son autorité sur les petits barons ou les grands vassaux des comtés d’Anjou et de Blois.

Charles de Lorraine, continue de faire valoir ses droits à la succession. Avec une nouvelle fois la complicité de l’archevêque Adalbéron, Hugues Capet finit par le capturer et l’emprisonner à Orléans en 991. Charles de Lorraine vaincu, le reste du règne d’Hugues Capet se limite à un long et violent conflit avec la papauté à propos du siège épiscopal de Reims, vacant à la mort d’Adalbéron.

Après un court règne sans grand éclat, le premier Capétien s’éteint près de l’abbaye de Saint-Martin-de-Tours, le 22 octobre 996.

par Webmaster


[1] Priorité de naissance ouvrant droit à certaines prérogatives.


Publié le 13 février 2003 - Modifié le 16 septembre 2006
 
Site réalisé avec Spip 1.9.2c [10268] - Espace Privé
Hit-Parade
Nous avons fait l'objet d'une déclaration à la CNIL, récépissé de déclaration N°732213