Banniere

Le quartier Montmartre

Origine du nom
Abbaye disparue
Fondation de l’Ordre des Jésuites
L’église Saint Pierre
La basilique du Sacré-Coeur
Le choix de Montmartre
Construction du Sacré-Coeur
Le campanile
Le clos de Montmartre
Le lapin Agile
Le Moulin Rouge

Abbaye disparue

JPEG - 7.9 ko
L’Abbaye de Montmartre

Dès le 6ème siècle, en haut de la butte se trouvait un petit hameau, d’une chapelle et son cimetière. C’était la propriété des moines de Saint Martin des Champs, qui reçurent en don le Sanctum Martyrium situé plus bas.

En 1133, le roi Louis VI le Gros, voulant faire plaisir à sa femme la reine Adélaïde de Savoie, soeur du pape Calixte II racheta les terres aux moines et fit construire une église et un monastère qui sera donné aux Bénédictines de Saint Pierre des Dames. La reine Adélaïde s’y retira et y mourut en 1154. L’Abbaye de Montmartre devint une des plus riches et plus importantes du royaume.

L’Abbaye Bénédictine favorisa la plantation de vignes sur les pentes de la butte, le religieuses avaient droit de pressoir.

En 1590, l’abbesse de Montmartre était Claude de Beauvilliers, elle n’avait que 17 ans, et le roi de Navarre, futur Henri IV, qui venait assiéger Paris avec ses 12 000 hommes, logea à l’Abbaye. Il prit grand soin du monastère et de l’Abbesse qui le suivit à Senlis lorsqu’il leva le siège . Elle lui présenta même Gabrielle d’Estrées, sa cousine germaine, qui la supplanta dans le coeur du Vert-Galant ! L’Abbaye de Montmartre était traitée de « magasin des p... » par les parisiens !

C’est la soeur de Claude, Marie de Beauvilliers qui eut le courage de remettre de l’ordre dans un établissement délabré aussi bien physiquement que moralement.

En 1611, des ouvriers travaillant vers la crypte de la chapelle découvrirent une dalle surélevée, sans doute un autel portant des inscriptions : sans doute on venait de retrouver le lieu du martyre de Saint Denis ! Marie de Médicis s’y rendit avec toute la Cour, les pèlerinages furent nombreux, ce qui renfloua les caisses des Bénédictines !

JPEG - 15 ko
Chapelle détruite

Marie de Beauvilliers en profita pour faire des travaux. L’Abbaye était divisée en deux, celle d’en haut et celle d’en bas, avec un dénivelé de 400 mètres très difficile à franchir. La partie du haut fut progressivement abandonnée. La partie du bas fut développée, enrichie d’un cloître, et exposant de nombreuses reliques. Elle restera le siège des Dames de Montmartre jusqu’à la Révolution.

Quarante six Abbesses dirigèrent ce monastère, on peut retenir Marguerite de Rochechouart ou Louise de la Tour d’Auvergne. La dernière fut Louise de Montmorency-Laval décapitée le 2 juillet 1794, à l’âge de 71 ans, complètement sourde et aveugle, qui ne comprenant rien aux accusations ne put répondre à Fouquier-Tinville. Il la condamna à mort pour « avoir comploté sourdement et aveuglément contre la République ».

Les biens de l’Abbaye furent confisqués par la Révolution et partagés en lots. Les acheteurs, des maçons et des carriers, rasèrent tous les bâtiments pour vendre les matériaux, le sol fut défoncé pour extraire le gypse, le Sanctum Martyrium disparut aussi ... il ne reste plus rien de lieux qui étaient si chers au coeur des parisiens !


par Webmaster
Publié le 28 avril 2003 - Modifié le 2 mai 2007
 
Site réalisé avec Spip 1.9.2c [10268] - Espace Privé
Hit-Parade
Nous avons fait l'objet d'une déclaration à la CNIL, récépissé de déclaration N°732213